English
English
English
English
Espanol


PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES (PVC)

Le prélèvement de villosités choriales (PVC) est une procédure relativement récente utilisée pour diagnostiquer certaines anomalies de naissance au cours du premier trimestre de la grossesse. L'analyse s'est faite régulièrement depuis 1982, et plusieurs milliers d'entre elles ont été exécutées à travers le monde.  PVC est une analyse prénatale qui consiste à prélever un minuscule échantillon sur la surface de l'enveloppe dans laquelle se développe le fœtus. Ce tissu contient le même matériel génétique que le fœtus.

Le chorion est la partie de la membrane fœtale qui forme le placenta du côté du fœtus. Le chorion contient des villosités,  petites excroissances en forme de doigts. Dans la procédure, ces villosités sont prélevées par section ou succion pour être étudiées. Les villosités choriales étant d'origine fœtale, examiner les prélèvements permet d'établir la carte génétique du fœtus. Cette analyse est effectuée pour détecter d'avance les anomalies congénitales.

En général l'analyse se fait entre la dixième et la douzième semaine après le dernier cycle menstruel de la femme. Le PVC n'est normalement pas recommandé s'il y a des saignements ou pertes de sang durant la grossesse.

Comment procède-t-on pour un PVC?

Le PVC requiert le prélèvement d'un petit morceau de villosités choriales, faites de minces filaments de tissu fixant le sac amniotique aux parois de l'utérus. Un laboratoire analyse les cellules des villosités qui contiennent normalement le même matériel génétique et biochimique que le fœtus. Les résultats de l'analyse sont normalement disponibles dans les 10 jours, bien que des résultats préliminaires puissent être disponibles plus tôt.

Comment se fait le prélèvement?

D'abord on nettoie soigneusement le vagin et le col de l'utérus avec un antiseptique. Puis, utilisant les ultrasons (échographie) pour le guider, un médecin insère un fin tube dans la vagin et le col de l'utérus (PVC endovaginal) jusqu'aux villosités, prélevant un petit échantillon à l'aide d'une légère succion. L'anesthésie n'est pas nécessaire. Certaines femmes disent que le PVC ne fait pas mal du tout et d'autres sentent une légère crampe ou un pincement au moment du prélèvement.

Selon l'anatomie personnelle d'une femme, le médecin opte pour atteindre les villosités choriales en insérant une aiguille dans la paroi abdominale (PVC en transabdominal), également guidé par ultrasons. Des études ont montré que les deux formes de PVC sont également sures, à moins que la femme ne présente une rétroversion de l'utérus, auquel cas le risque de fausse couche est plus élevé par procédure endovaginale. En conséquent, un PVC en transabdominal est recommandé pour des femmes avec rétroversion de l'utérus. Si la position du placenta empêche cette procédure, l'amniocentèse est une alternative possible.

Après le prélèvement de l'échantillon, on vérifie les battements de cœur du fœtus aux ultrasons avant de laisser la femme sortir du cabinet. La plupart des médecins recommandent un repos de plusieurs heures après un PVC. Une femme sur cinq ressent des crampes après un PVC; 1 femme sur 3 a des saignements ou pertes de sang, qui s'arrêtent habituellement après quelques jours. La femme devrait toujours en informer son médecin.

Le PVC est-il sûr?

Plus de 200,000 femmes dans le monde entier ont subi un PVC, celui-ci ayant été introduit aux USA en 1983. Des études suggèrent qu'il y a un risque légèrement plus élevé de fausse couche qu'avec l'amniocentèse. Selon le Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies, entre 1 femme sur 200 et 1 sur 100 a une fausse couche après un PVC. Se risque s'élève à 5 sur 100 chez les femmes avec rétroversion de l'utérus ayant subi un PVC endovaginal. Le risque de perdre un bébé suite à un PVC est moindre si le médecin qui exécute la procédure a une grande expérience et lorsque le PVC endovaginal et transabdominal sont tous deux disponibles (permettant de choisir l'option la plus sure pour chaque patiente). Des études récentes suggèrent que le taux de fausse couche suite à un PVC et une amniocenthèse (entre les semaines 15 et 18) sont vraisemblablement identiques avec des médecins expérimentés si les deux examens sont disponibles.

Les résultats d'analyse PVC sont très précis (à plus de 99%) pour écarter certaines anomalies chromosomiques de naissance et problèmes génétiques spécifiques.


Disclaimer

Languages, other than English, are Not Available at this time, Check Back Soon! Spanish